Zoom sur

Zoom sur … Telegraph Hill

Telegraph hill carte

Telegraph Hill se trouve en plein coeur de North Beach, le quartier italien. C’est un quartier essentiellement résidentiel, mis à part la Coit Tower et les Filbert Steps qui sont régulièrement parcourus par les touristes. C’est également l’une des 44 collines de la ville et un nid à jolies maisons !

San Francisco : Zoom sur Telegraph Hill

Les limites de Telegraph Hill sont Vallejo Street au sud, Sansome Street à l’est, Francisco Street au nord, et Powell Street et Columbus Avenue à l’ouest.

Arriver à Telegraph Hill se mérite, la colline du même nom culminant à 83 mètres. Ca paraît peu comme ça, mais grimper le long des rues peut rapidement couper le souffle ! Autant y aller tranquillement et profiter du paysage, car en vous retournant, vous aurez une vue magnifique sur la baie et l’oécan !

Vue Telegraph Hill

Vue sur Telegraph Hill et la Coit Tower depuis la Lombard Street

Histoire de Telegraph Hill

Les Espagnols le nommaient « Loma Alta » (la « haute colline » – vous voyez je ne vous mens pas !) ; plus tard, les premiers habitants, dont de nombreux immigrés irlandais, le surnommèrent Goat Hill.
La colline doit son nom actuel à un sémaphore* construit en 1849 pour permettre de communiquer à toute la ville la nature des bateaux entrant dans la baie : le sémaphore était une construction à deux bras mobiles pouvant adopter différentes postures, chacune correspondant à un type de bateau.

Les bateaux qui repartaient à vide avaient besoin de ballast, ils utilisaient donc des rochers provenant d’une carrière creusée sur la face nord de Telegraph Hill. Les traces de cette activité sont toujours visibles entre l’escalier sur Filbert Street et Broadway Avenue. D’ailleurs en 2007, un glissement de terrain a obligé plusieurs résidants à évacuer la zone.

Dans les années 1920, le quartier devient une destination populaire pour les intellectuels bohémiens et certains poètes.

Que voir, que faire ?

Les Filbert Steps

Les escaliers de Filbert street se trouvent au bout de la rue, au croisement de Kearny street. C’est là que la rue devient trop raide pour continuer à marcher. Ils traversent un véritable jardin tropical, où les magnifiques maisons se cachent dans la végétation.

Filbert Steps, San Francisco

Filbert Steps, San Francisco

Filbert Steps, San Francisco

Filbert Street

Filbert Street et la 22nd Street de San Francisco sont deux des rues les plus raides de l’hémisphère occidental. La partie la plus abrupte de la rue Filbert se trouve entre Hyde et Leavenworth streets : l’inclinaison est de 31,5% , et les voitures sont quand même autorisées à l’emprunter (elle est en sens unique, en descente !).
Pour la petite histoire, la rue la plus à pic du monde se trouve en Nouvelle-Zélande, à Dunedin : Baldwin Street a une inclinaison de 29,3% (voire 35% sur une partie de la rue !)

Filbert Street, San Francisco

La Coit Tower

Cette tour de 64 mètres de haut de style Art déco, au sommet du Pioneer’s Park, a été construite en 1933 suivant le vœu de Lillie Hitchcock Coit « d’embellir San Francisco ». Si l’extérieur est en béton brut, l’intérieur est recouvert de fresques magnifiques, peintes par 26 artistes différents.

La vue sur la ville est superbe, et vous pouvez également monter au sommet de la tour.

A mon avis, cela ne vaut pas trop la peine de dépenser 8 dollars : vous ferez plus d’une heure de queue pour regarder à travers les fenêtres qui sont parfois fermées. Il y a beaucoup d’autres endroits en ville où prendre de la hauteur !

Je vous recommande d’accéder à la Coit Tower par le Pioneer park (via Telegraph Hill boulevard), la montée est certes raide, mais les vues sur la ville valent le détour ; de plus, il y a des perroquets cachés dans les arbres (cf ci-dessous), ouvrez les yeux ! Evidemment, il faut prendre les Filbert Steps au moins une fois : prenez-les pour redescendre !

Pioneer Park, San Francisco

Pioneer Park, San Francisco

Vue sur la ville depuis Pioneer Park

Coit Tower, San Francisco

Coit Tower, San Francisco

L’église de St François d’Assises

610 Vallejo street
Le Saint patron de la ville (qui lui a donné son nom !) a laissé une très belle église gothique construite en 1860.

Anecdote

Le quartier héberge une colonie de perroquets sauvages … on ne sait pas trop d’où ils viennent ou comment ils sont arrivés là. L’explication la plus logique est qu’ils descendent de perroquets domestiques. On peut en trouver dans d’autres quartiers, comme le Presidio.

Où faire une pause ?

  • Le Caffe Trieste, un café qui a commencé comme une petite affaire familiale en 1956 et qui est aujourd’hui le café historique des artistes, des musiciens et des littéraires !
    (601 Vallejo street)
  • Le Saloon : le soir, l’ambiance y est très sympa : des boissons et des concerts de blues ! C’est également le plus vieux bar de la ville (il a plus de 150 ans) et le meilleur endroit pour écouter de la musique live. Ce n’est pas l’endroit le plus luxueux, loin de là, mais c’est le plus chalereux pour passer un bon moment entre amis, les prix sont parmi les plus bas de la ville et les verres sont remplis jusqu’en haut.

Où manger à Telegraph Hill ?

Golden Boy Pizza
542 Green St, San Francisco (entre Jasper St et Bannam Place)

La Pizza, une valeur sûre ! Pour déjeuner ou pour dîner, rendez-vous dans cette pizzéria abordable, qui les sert à la part (également une bonne adresse pour les végétariens)

Park Tavern
1652 Stockton St (entre Filbert et Union St)

Un peu plus cher et haut de gamme, mais excellent pour un brunch (le samedi et dimanche), un burger ou le plat du jour de la chef.

15 Romolo
15 Romolo Place, Basque Hotel

A la limite du quartier Jackson Square, entre Columbus Avenue et Kearny St

Deux raisons pour lesquelles j’aime cet endroit : il se trouve sous un hôtel, ce qui lui donne un air de restaurant-bar secret.
Les cocktails sont originaux et faits à la main.

La cuisine est bonne, abordable et variée (fruits de mer, viande, burgers, salades…) ; et vous pouvez même venir pour un brunch (samedi et dimanche)

Ou dormir à Telegraph Hill

Basque hotel
http://www.15romolo.com/hotel/

Dans le même bâtiment que le bar-restaurant précédement cité, le Basque hotel est très bien placé pour profiter de toutes les attractions de la ville. Que vous ayez besoin d’une chambre en attendant de trouver un appartement ou en voyage, vous aimerez certainement cet endroit. Sachez que les salles de bain et toilettes ne se trouvent pas dans les chambres, comme dans les auberges de jeunesse.

Green Tortoise Hostel
http://hostel.greentortoise.com

En 2014, nous avons dormi dans l’alter-ego de cette auberge, à Seattle, et nous avons adoré. Je suis donc certaine que la version San Franciscaine est tout aussi chouette !
La réception est ouverte 24h/24 tous les jours, et le staff fait toujours son possible pour répondre à toutes les questions ; ils connaissent évidemment bien la ville et peuvent vous conseiller sur les endroits à voir et comment vous y rendre.
Je dois aussi préciser la propreté des installations (les chambres, les sanitaires et les parties communes). Parmi les petits plus gratuits, je cite le Wifi (très important !), le petit déjeuner (tous les jours) et le dîner trois fois par semaines. Et bien sûr, ce ne serait pas une auberge sans sa cuisine équipée !

Hotel Boheme
http://www.hotelboheme.com/rooms-reservations/

Plus chic (et donc … plus cher, mais il en faut pour tous les goûts !) je conseille l’hôtel Boheme. Très charmant, un peu bohème, les chambres ne sont toutefois pas immenses. Et attention : il s’agit d’un vieil immeuble (il date de 1907) et il n’y a donc pas d’ascenseur. Ce n’est pas très gênant dans l’absolu, mais si vous avez des difficultés pour marcher ou si vous êtes handicapé, je ne recommande pas du tout ! En dehors de ça, à peine entré, vous aurez l’impression de retourner dans le passé de la ville et c’est absolument charmant !

* Le sémaphore est un système de communication inventé par les frères Chappe en France.


Epinglez cet article sur Pinterest :

San Francisco : Zoom sur Telegraph Hill

2 thoughts on “Zoom sur … Telegraph Hill

  1. Merci pour cette page « guide touristique », j’ai vécu une très belle balade grâce à tes photos et à ton texte, j’ai eu le souffle coupé en grimpant la colline, j’ai senti la chaleur et le soleil.
    Bref, j’ai eu énormément de plaisir à te suivre dans les rues de Telegraph Hill.
    J’attends la prochaine visite avec impatience.
    A+

    1. Merci beaucoup !
      Pour éviter le souffle coupé, il faut prendre son temps et admirer ce qu’il y a autour de soi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *